Un plan cul version cul, c’est le fantasme n°1 des hommes. Ils n’ont pas besoin de se préparer mentalement ou presque… car le sexe anal est le plus excitant de tous. Chez la femme, les appréhensions sont nombreuses et la douleur est inévitable, mais elles peuvent être limitées. Il faut savoir la découverte de l’anus est le problème principal. En effet, l’odeur désagréable pendant le coït anal peut déranger. Celle d’après-acte est également source de dédain. Il y a aussi les accidents potentiels même si la femme s’est bien lavée et les rejets possibles. Mais tout ça, c’est naturel. Pour ainsi mieux réussir sa première gambade, la vierge de l’arrière-cour a besoin de quelques leçons. Il faut qu’elle se prépare mentalement et physiquement, mais avec l’aide de son compagnon. Alors de côté les tabous et la timidité, il sera question de la sodomie et des étapes pour s’y préparer.

Etape 1 : la préparation mentale

Preparer une sodomie, c’est avant tout une préparation mentale. Outre l’étape du consentement (à ne jamais rater !), la femme a besoin d’être rassurée et l’homme a l’obligation de la rassurer. Mais il se peut que monsieur fasse une demande inattendue parce qu’il est bien chaud au lit et qu’il veut monter à l’étape suivante. Dans ce cas, il doit tout faire pour que la tendresse soit au rendez-vous et que l’envie augmente chez son partenaire. Cette étape permet d’instaurer un climat de confiance. Elle a pour but d’attiser la curiosité, de faire flamber les désirs et d’adoucir l’atmosphère. Cela diminue également le stress et les peurs. C’est pour cela que madame a besoin d’être pleinement rassurée et surtout d’en avoir plus qu’envie. A noter que cette phase peut prendre des mois, si c’est la première fois, ou quelques minutes (oui, des fois, il faut insister un peu ou beaucoup). Heureusement que l’extase d’après et les sensations feront oublier tous ces petits soucis.

Etape 2 : le lavement intestinal

Les jolies femmes ont tendance à être dégoutées par un rien. Alors le contenu de leur anus pourrait est la plus grosse frayeur de leur vie, celle qui détruira la romance et les faire fuir à jamais. Il faut savoir que là-dedans, c’est loin d’être l’extase aussi. Pourtant, l’étape du lavement est essentielle. Les médecins le recommandent d’ailleurs. Et pour réussir un lavement intestinal maison, il faut se doigter le cul (littéralement) et le laver. Pour ce faire, il faut expulser de l’eau tiède dans le rectum à l’aide d’une poire anale en commençant par doigter délicatement l’anus. Lorsque l’anus est dilaté, il faut introduire tout doucement la poire et relâcher l’eau. Même si ça presse et que l’envie est à son comble, le lavement doit être répété deux à trois fois pour être sûr que tout est clean. L’eau doit être à la même température que l’intérieur de l’anus pour éviter les irritations et les rejets.

Etape 3 : lubrifiant spécial et dilation

Comment preparer une sodomie ? Au moment du passage à l’acte, il faut noter quelques principes de base : l’utilisation d’un lubrifiant et une bonne dilatation. Les homosexuels les connaissent tous mais pour un couple hétéro, cela peut être nouveau. L’homme doit savoir créer une sensation de lâcher-prise pour que ça soit le moins douloureux possible et le plus agréable qui soit. La femme a besoin de meilleures séances de préliminaires, plus douces, plus intenses et plus longues. Le sphincter doit être caressé pour se relâcher doucement et se dilater de lui-même. Les gestes doux augmentent l’excitation et facilitent la pénétration. Le lubrifiant facilite également la pénétration et offre un terrain favorable aux mouvements de va-et-vient du gland pendant le coït. Il permet aussi de diminuer la douleur chez femme pour qu’elle apprécie davantage de moment d’intimité. Et pas question d’utiliser le lubrifiant du supermarché. Il faut aller à la pharmacie, dans un sex-shop, ou en commander un sur les sites spécialisés.